DiTi TwAy FaNTaSy wORLd

DiTi  TwAy  FaNTaSy  wORLd

Le Chevalier Céleste - Premier Voyage -

 

          

         ,... je glisse entre vos doigts, entre vos jambes, éternelle aimée en vos lits étroits, je goûte votre amour aux sources des rivières aux fractures de l'infini des forêts enchevêtrées,..

 

,.. aux tournoiements des lierres, en cascades verdoyantes je succombe aux sublimes néants pour m'écouler des parois du calice d'argent,..

 

,.. sable de Bosnie, mica de Bulgarie  dans le limon rouge de votre causse miroitant, belle Minerve, du profond des anciennes mers en votre sein, entre le Brian et la Cesse que vienne la douce caresse du vent de Cers et votre main, fée du midi qui me pétrira de vie,..

 

,.. et c'est alors la mouse des nuages, les sueurs de l'orage, les chemins déployés cassés par le vent et le moulin des ombres de ses grandes rames irrigue le royaume des larmes me tournent et m'entraînent,..

 

,.. tendresse étrange des étangs dormants drappés de voiles de satin que déchire le sillage d'une barque fantôme aux rires moqueurs des oies sauvages débusquées, m'enlacent et s'envolent,..

 

,.. de vous riantes primevères à la fontaine claire je ne peux plus rien ouïr, ni de tous les biens supposés de nature, laurier-rose, printemps, verdure, baume de très douce odeur à nos trendres plaisirs,..

 

,.. je vous quitte vous aussi et ma mémoire attristée joue creuse du souvenir aspire déjà l'air du Guadalquivir,..

 

,..  dans les feuillages encore verts des baliveaux sacrés, grenadilles rouges aux frémissements nocturnes des alizés,  jasmins de Virginie, lanterne sourde crochetée au ciel des gorges hardies,..

 

,.. des fougueux équipages  des navires taciturnes où je m'embarque en mes profondes nuits ainsi suspendu en mes cordages, je somnole, ajustant mon col aux humides clartés tandis que remontent les masses de fer jetées à la mer car pour mes 13 ans me voici balancé aux océans,..  

 

,.. c'était le temps des baisers que l'on se donne et que je savoure encore dans le bruissement sourd des premières levées, aux fraîcheurs toscanes ou d'Espagne lorsque je parcourais les campagnes fleurissantes mêlées de figures éblouissantes,..

 

,.. anémones, fleurs des hirondelles, ellébore rose de Noël et Clarimonde sur les routes romanes aux coteaux bordés de vignes où jouaient à cache-cache des écoliers déguisés en apaches,..  

 

,.. et moi aussi de lignes en spirales  j'explore à nouveau toutes ces cachettes perdues enfouies aux replis de mes cahiers potaches surpeuplés de rêves rouges et nus, pour m'effondrer aux flaques bleues de ces millions de poèmes écrits en vain clapotant au lit flache d'une vieille Europe enlevée par des vaches,..

 

,.. et je patauge au creux des chaussées oubliées, à grandes enjambées, me forge une identité pour m'évader, étapes, relais, feux vacillants, le passé filtre dans le présent,..

 

,..  en tapageuses cavalcades passent bientôt des hommes travestis en meutes de cerfs, tumultueux troupeaux peu à peu m'enserrent,..

 

,.. mais ici voyez-vous, ce sont des Caribous car à grands pas, comme je l'ai dit, j'ai franchi les ponts, depuis plus de sept ans maintenant, je suis au Canada,

 

,.. et depuis plus de trois mois dit-on, dans un profond coma,.. 

 

,..

 

 
 
      
 
 
 
                              DiTi TWAY

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



13/01/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres